Sainte-Aurélie
Sainte-Aurélie
 

Mot du Maire

MOT DU MAIRE 

Nos vidanges méritent une réponse.

Mais oui, nos vidanges ont besoin d’une réponse. Je m’explique. La gestion des matières résiduelles est un enjeu environnemental majeur et lourd pour les finances municipales. Le ministère de l’Environnement dans son plan d’action 2019-2024 en ce domaine a trois objectifs : réduire, recycler ou réutiliser. Dans le cadre de cette politique, les municipalités via les MRC jouent un rôle important. Ces dernières sont tenues de produire et de déposer pour des fins de conformité un plan de gestion des matières résiduelles, dit le PGMR. De là, les municipalités confient le traitement de ses ordures à une régie intermunicipale qui procède conformément aux dispositions du PGMR. Pour Sainte-Aurélie, c’est la RICBS (Régie intermunicipale du comté de Beauce Sud) qui en a le mandat depuis plusieurs années.

Dans sa stratégie de recyclage le ministère a identifié comme première action stratégique : < Réviser les rôles et responsabilité …. afin d’optimiser le système de collecte sélective et le système de consignation … >. Une collecte sélective, c’est à partir de la maison. On vise à recycler 60 % des matières organiques. Sur ce point, la RICBS mène un projet pilote intéressant, dit le projet Viridis. La méthode repose sur un procéder mécanobiologique qui isole et traite les matières organiques à l’usine. On évite ainsi le tri à domicile avec un 3e bac. Selon les premières données, le processus semble performant et même candidat à des prix en gestion d’environnement.

Dans un message courriel reçu et déposé au Conseil des maires, la direction générale de Recyc-Québec, a émis un avis de non-conformité de notre PGMR, principalement en lien avec le projet Viridis. En voici un extrait : <Ainsi le plan (PGMR) doit établir des mesures de gestion des matières organiques avec tri à la source pour les municipalités de Sainte-Aurélie, Saint-Zacharie et Saint-Prosper >. Toujours selon Recyc-Québec : < … le procédé pilote de la RICBS des matières résiduelles pourrait être d’intérêt, mais en addition d’un tri à la source >. Voilà l’enjeu qui est posé, l’ajout d’un tri à domicile.

Alors, nos vidanges se questionnent. Ces dernières années, les municipalités de la RICBS ont connu des hausses significatives de leurs quotes-parts de financement, notamment pour le projet Viridis. Personnellement, je trouve cette innovation pertinente et porteuse de retombées, sous réserve qu’on réduise les coûts et les besoins en main-d’œuvre. Toutefois, l’avis de non-conformité pose des interrogations sérieuses. Les redistributions de redevance aux municipalités seront-t-elles affectées ? Doit-on anticiper l’ajout d’une collecte avec un bac brun ? Ce qui serait un coût qui s’ajoute à celui du projet Viridis. Une modification de l’avis de la direction de Recyc-Québec est-elle envisageable ? Ça serait hautement souhaitable. Est-ce réaliste de penser, qu’à moyen terme, un compostage à domicile des trois municipalités concernées pourrait compenser ? J’y vois une implication requise des municipalités. Bref, on doit maintenant savoir où se situe la RICBS en regard de cet avis. Un peu technique tout ça, mais ça risque de toucher le quotidien de nos citoyens. La réponse devient un incontournable.

René Allen
Maire

  

 

 

164, chemin des Bois-Francs, Sainte-Aurélie (Québec) G0M 1M0 | Téléphone : 418-593-3021
Tous droits réservés © 2022 Municipalité de Sainte-Aurélie